Transport à la demande

Dans cette page : 

Introduction

Un nombre croissant de sociétés de transport collectif se tournent vers le transport à la demande, parfois appelé transport microcollectif. Ce mode de transport, pour lequel les sociétés concluent généralement des contrats avec des plateformes ou des entreprises privées, propose un service du point A au point B ou d’une zone à une autre dans les endroits où les itinéraires fixes ne sont pas une option viable. Bien que l’intérêt récent découle largement de la fluctuation majeure de l’utilisation des transports collectifs pendant la pandémie, il existe aussi des motivations à long terme, comme de réduire les coûts d’exploitation, d’améliorer la qualité du service pour la clientèle ou de faciliter la connexion du « premier et dernier kilomètre » au réseau d’itinéraires fixes.

Malheureusement, le transport à la demande a connu son lot d’échecs par le passé. De nombreux projets pilotes, lancés en grande pompe, n’ont pas répondu aux attentes en raison d’une faible utilisation et des coûts fixes élevés. Un des défis est que ces nouveaux services, souvent offerts dans des zones délimitées ou à certains moments de la journée, peuvent être difficiles à découvrir, comprendre, utiliser et réserver.

Contrairement au réseau d’itinéraires fixes ou au vélopartage, les services de transport à la demande n’avaient pas de normes comme la norme GTFS pour fournir des renseignements de base aux gens. Ils n’étaient tout simplement pas disponibles dans des applis comme Google Maps ou Transit. De plus, lors de la première vague de transport à la demande il y a quelques années, aucune société de transport collectif n’avait comme attente que cette nouvelle technologie se connecte au réseau existant d’itinéraires fixes grâce aux applications de planification de trajets.

Pendant la pandémie, ces attentes ont changé. Transit a ainsi commencé à collaborer avec une vaste gamme de sociétés de transport collectif et de partenaires de transport à la demande pour offrir ce service conjointement au réseau d’itinéraires fixes dans son application. Pour le moment, chaque intégration est conçue au moyen d’une API exclusive à chaque fournisseur de transport à la demande, avec des spécifications uniques convenues avec chaque société. Ces intégrations aident les gens à connaître toutes leurs options et à planifier des trajets multimodaux, remplissant la promesse de faire du transport à la demande une partie intégrante du service de transport public d’une société. Elles aident également les sociétés à communiquer clairement avec leur clientèle quant aux nouvelles options de transport à la demande, surtout lorsque ces déploiements s’accompagnent de changements majeurs au réseau d’itinéraires fixes.

Bien que ces projets d’intégration novateurs démontrent la valeur d’une mobilité ouverte et intégrée, leur mise en œuvre requiert habituellement un accès à des API privées, ce qui peut être un casse-tête pour les parties impliquées. Une norme de données ouvertes simplifierait le processus et permettrait aux intégrations de transport à la demande de proliférer, pas seulement dans Transit, mais aussi dans d’autres applis, ce qui est autant un avantage pour les utilisateurs et utilisatrices, que pour les sociétés de transport collectif et les fournisseurs de transport à la demande.

Heureusement, il y a du progrès de ce côté. MobilityData, organisme à but non lucratif (OBNL) gérant des normes sur les données de mobilité comme la GTFS, a lancé un groupe de travail composé d’organismes gouvernementaux, d’OBNL, de fournisseurs de transport à la demande et d’applis, y compris Transit, pour créer une norme sur les données ouvertes des services de transport à la demande, la GOFS, pour  General On-Demand Feed Specification.

En instaurant une telle norme selon laquelle les fournisseurs de transport à la demande doivent partager les données en temps réel de leurs services, les sociétés de transport collectif seront en mesure d’exiger des flux de données ouvertes lors du lancement d’un programme de transport à la demande. Cela permettra aux applications comme Transit d’afficher les renseignements liés au service, dont les zones, les heures d’arrivée prévues et la tarification, en plus d’offrir la possibilité de commander une course. La norme GOFS simplifiera surtout l’ajout du transport à la demande aux autres services existants, notamment les itinéraires fixes, le vélopartage et les trottinettes. Cela assure que tous les fonds publics investis dans le transport à la demande servent à financer une forte utilisation et aident les gens à combiner différents services pour des trajets multimodaux.

Les possibilités de la GOFS vont bien au-delà du transport à la demande et, dans un avenir rapproché, cette norme pourrait s’appliquer à d’autres services sur demande, comme le transport adapté. Transit contribue déjà aux efforts (lien en anglais) menés par la California Association for Coordinated Transportation et par le département des transports des États-Unis dans le cadre du programme conjoint Intelligent Transportation Systems pour s’assurer que les avantages des normes numériques du transport à la demande s’appliquent à toutes les communautés, y compris celles utilisant le transport adapté, les personnes âgées, les personnes vivant en milieu rural et d’autres populations souvent mal desservies.

Conseils pour les sociétés de transport collectif

  • Demandez aux fournisseurs potentiels de transport à la demande leurs API et partagez ces dernières à des fins d’évaluation avec des applis qui ont déjà intégré des services semblables par le passé. Nous ne sommes pas la seule entreprise dans cette catégorie, vous pouvez cependant utiliser nos exigences (lien en anglais) pour commencer vos démarches. 
  • Si votre société lance un appel d’offres, évaluez les fournisseurs selon leur capacité démontrée à collaborer avec des tiers, pas seulement leur volonté à le faire. 
  • Des sociétés de transport collectif, des villes, des applis et des fournisseurs de transport à la demande peuvent prendre part aux conversations entourant la GOFS (lien en anglais) et devenir les précurseurs de cette nouvelle norme de données ouvertes.

Exemples d’appels d’offres et de contrats

Cette page sera régulièrement mise à jour avec de nouveaux exemples d’appels d’offres et de contrats, particulièrement à mesure que la GOFS gagnera en popularité. Veuillez noter que le contenu des appels d'offres en anglais a été traduit librement.

Puisque l’idée d’intégrer un service à la demande à des applis de planification de trajets comme Transit est nouvelle, de nombreux exemples de contrats présentés ici font spécifiquement référence à Transit. Il va de soi qu’il nous fait plaisir que notre appli soit ainsi nommée et que nous croyons que c’est une bonne idée de préciser que vous voulez une intégration avec votre fournisseur d’appli (que ce soit Transit ou un autre). Sachez cependant que d’autres approches existent également. Par exemple, les sociétés de transport collectif devraient envisager d’encourager les opérateurs de transport à la demande à se conformer à la norme GOFS émergente et l’exiger de manière explicite lorsqu’elle sera officiellement lancée plus tard en 2021.

Puisque l’intégration demeure une tâche complexe exigeant du développement de la part de multiples parties, les sociétés émettant un contrat devraient permettre aux opérateurs de sous-traiter à des intégrateurs et/ou envisager de conclure un contrat distinct pour l’intégration des services de transport à la demande.

St. Albert Transit (Alberta), mai 2021 : Appel d’offres mentionnant la qualité suivante recherchée auprès des fournisseurs de transport à la demande : une compatibilité prouvée et démontrée avec Transit au moyen d’une API ou de la GOFS. (Consultez le bas de la page 21 de l’appel d’offres en anglais.)

VIA Metropolitan Transit (San Antonio, TX), février 2021 : Dans son appel d’offres, VIA indiquait qu’elle lance également une nouvelle plateforme de billettique mobile en 2021 avec Masabi et Transit. Elle recherche une expérience de paiement bien intégrée dans l’appli Mobility on Demand du partenaire retenu, utilisant le moteur de paiement de titres de Masabi. De plus, puisque l’appli Transit utilisera le même moteur, la société contractante collaborera avec Transit pour permettre la planification de trajets empruntant des itinéraires fixes et du transport à la demande directement dans cette appli. La totalité du trajet doit pouvoir être planifiée, commandée et payée directement dans Transit. (Consultez la page 19 de l’appel d’offres en anglais.) Plus loin, la société mentionnait qu’elle recherche un fournisseur qui intègre la planification de trajets de transport à la demande directement avec Transit, appli où la clientèle de VIA peut planifier ce genre de trajets, des trajets d’autobus ou des trajets combinant les deux modes de transport. Idéalement, le fournisseur permettrait la réservation complète d’un trajet sur la plateforme de Transit aussi, mais, si ce n’est pas le cas, il collaborerait avec Transit pour y lier l’appli Mobility on Demand afin de commander une course. (Consultez la page 25 de l’appel d’offres en anglais.)

Durham Region Transit (Ontario), juin 2020 : La société requiert une intégration harmonieuse avec l’appli Transit. (Consultez la page 1 de l’énoncé de travail en anglais.)

Toujours besoin d'aide? Contactez-nous Contactez-nous